Pages blanches, taches d'encre et réflexions d'un idéaliste

__________________________________

samedi 1 décembre 2007

Marche funèbre et vocabulaire


En ces temps troublés, il est difficile pour nous autres, individus quelconques, de comprendre les mouvements de grève. De ce constat m'est venu l'idée de ce petit lexique de la grève. Voici quelques définitions pour y voir plus clair.
Je souhaite vous assurer de ma TO-TA-LE neutralité et du sérieux des définitions proposées...

Antibloqueur : individu bien souvent non gréviste, à la solde du gouvernement mais qui ne le sait pas.
Assemblée Générale : grande réunion, bruyante et désordonnée, d'individus qui veulent faire croire le contraire.

Blocage : kermesse conviviale sur le lieu de travail. Suit communément les AG.
Bloqueur : gréviste au stade terminal. Ne trouve pas d'autre moyen d'expression que la fermeture des locaux dans lesquels, de toute façon il n'aurait pas travaillé.
Bouchon : moyen convivial de rencontre en voiture, caractérisé par ses codes de communication,le klaxon et les insultes.

Confédération Générale du Travail : grande association sportive qui fait parler d'elle et vise à développer la marche et la randonnée urbaine.

Désobéissance civique : nom politiquement correct donné à une grève antidémocratique
Démocratie : régime politique,où la souveraineté est exercée par le peuple, sauf quand les grévistes -minoritaires- récupèrent le concept. Ex: « Seules les AG sont démocratiques »
Droite : ensemble de gens et d'idées facteurs de grèves. Majorité qui galère.

Ecologie : concept fortement lié au développement durable, oublié par tous lorsque des dizaines de milliers de voitures n'avancent pas sur les routes, moteur allumé (voir bouchon).
Etudiant : individu qui lit des livres et s'arroge le droit de réfléchir pour les autres, ou croit le faire (Voir université). "Point d'avenir..."

Galère : moyen de locomotion collectif, à la mode depuis peu.
Gauche : minorité silencieuse. Vaste mouvement d'opposition ... les uns aux autres.
Gouvernement : ensemble de gens aux sourires forcés face aux caméras. "Points d'idées sur le sujet"
Grève : mot court bien pratique quand on n'est pas d'accord, qu'on ne sait pas pourquoi on l'est et qu'on peut encore moins l'expliquer.

Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR), Lutte Ouvrière (LO) : partis de gauche pas maladroits quand il s'agit de chanter et porter des bannières. Très favorables à l'Internationale mais opposés à la mondialisation (moi non plus je ne comprends pas...). "Poings levés"

Main levée : popularisée par un grand petit homme politique allemand dans les années 30, c'est un moyen d'expression généralisé en assemblée générale.
Média : grévistes qui s'ignorent. Font un blocage dans leurs titres, sur la grève. "Font le point".
Ministre du travail : souffre-douleur officiel du président.

Otage : désigne les non-grévistes du point de vue non-gréviste. Synonyme : « mouton » du point de vue gréviste.

Parti Communiste (PC) : ensemble de fossiles, généralement favorable aux grèves. "Dorment à poings fermés"
Parti Socialiste (PS) : grand parti d'opposition ... à la grève générale. "Points de suspension..."
Patience : vertu que l'on se découvre généralement quand on la perd. Tend à disparaître en période de grève.
Piéton : citoyen qui fait un petit geste pour l'environnement, à l'insu de son plein gré.
Police : organe de la répression gouvernementale, punching ball. Bien utile quand des antibloqueurs deviennent violents mais totalement injuste quand les grévistes le sont... "Poings dans ta gueule"
Président (de la République) : sourd-muet qui répond après coup à la vox populi. "Un point c'est tout"

Ras-le-bol : ce qu'indique le baromètre de l'humeur des français en période de grève. Occurrence la plus répétée par le français moyen.
Répression : moyen d'expression privilégié des forces de police, selon les syndicats, travail bien fait, selon les forces de police.
Revendications : ensemble confus de paroles qui ressortent d'une AG ou d'une manif. Ex : "A bas le gouvernement" "Du pain et des jeu" "Votez Loana". A noter, bien souvent, elles gênent tous le monde mais personne ne les entend.

Syndicaliste : futur retraité, qui pour s'occuper en l'attendant, adhère à une association de grognons.

Transports en commun : service public qui ne bouge pas.

Université : lieu singulier où Rousseau et Marx sont lus par les descendants enfumés de Bob Marley et du Che. Grand squat étudiant (voir étudiant)

Vélib' : alternative suante. Moyen de transport privilégié par l'ensemble des français... à Paris. Tant pis pour les autres, ils avaient qu'à voter socialiste (voir PS) aux municipales.

3 commentaires:

Leely a dit…

Je ne suis pas d'accord avec toutes les définitions, mais l'ensemble du lexique a du mérite.
Bravo pour tes écrits, Aurélien.

aXelis a dit…

Héhé! Ou comment faire passer un message écologique au milieu de définitions sur la grève! :)

(la définition du ministre du travail m'a bien fait rire! :D )

570 a dit…

j'aime beaucoup ce genre de lexique :)
Bravo, j'ai bien ri