Pages blanches, taches d'encre et réflexions d'un idéaliste

__________________________________

mercredi 20 juin 2007

Impressions parisiennes


Mercredi soir, aujourd'hui, c'était mon deuxième jour de travail et en conséquence, ma deuxième journée dans "Vie ma vie de parigot".

Mardi matin, je débarque à l'heure prévue au 48 rue des écoles pour savoir mon affectation.
Alors que j'attendais ou plutôt espérais finir aux chaussures de rando ou aux sac à dos, me voilà affecté au magasin montagne. A première vue ça correspond plutôt bien à mon profil, seulement même si je suis montagnard, je ne suis pas pour autant un grand fan d'alpinisme et techniquement je ne vaux pas grand chose. A cela il faut ajouter que cette boutique recelle de cachettes, il y a du matériel partout, c'est horrible (et trop bien). Ainsi donc j'ai commencé par ce que je sentais le mieux: les chaussons d'escalade.
Si ma première journée consacrée à la découverte du magasin, et mon inexpérience ne m"a permis de faire que peu des ventes (une frontale et deux paires de chaussons d'escalade), déjà aujourd'hui ce fut mieux: 3 frontales 1 baudrier 1 dizaine de paires de chaussons.
En revanche, tout bon vendeur doit tester son matériel, j'ai donc les pieds en vrac à force d'essayer des chaussons d'escalade, bien petits pour mes pieds. Pour les néophytes, on prend généralement des pointures plus faibles pour les chaussons, afin d'être plus précis dans les appuis et d'avoir plus de force dans le pied. Exemple donc: je chausse du 42/42,5, niveau chaussons je vais donc chercher entre 40,5 et 41, ce qui accessoirement fracasse les orteils.

A coté de cet aspect professionnel, dans lequel je dois avouer, je me sens pas trop mal, la vente bien qu'effrayante pour un caractère timide est aussi un défi motivant, il y a la vie parisienne, c'est à dire le métro.
Alors ça c'est génial. Le concept est simple, un train, mais avec trop peu de place en extérieur, on a décidé qu'il passerait en sous-sol. Paris est une ville percée d'un dédale de tunnels dans lesquels on peut facilement se perdre.
Dans le métro, les gens ont des comportements assez drôles.

Un exemple qui m'a marqué:
Les parisiens sont biens souvent pressés (donc stressés) et cherchent à gagner du temps. Pour cela , il prennent à la montée et à la descente les escalators. Mais ceux-ci aux heures de pointe sont bondés et on ne peut même pas doubler. Alors plutot que de passer en descente par les escaliers classiques, en utilisant par exemple leurs pieds pour... marcher, les parisiens en grande majorité trépignent dans l'escalier. Si bien que votre serviteur, ravi, en doubla un grand nombre en se servant de ses jambes.
Pour l'heure, je suis assez fatigué, je vais donc clore ici cet article, et aller regarder tranquillement la télé. Je m'excuse au passage pour l'absence de photos, mais je n'ai pas eu l'occasion d'en prendre qui corresponde à l'article, j'éditerai probablement ce message pour en rajouter.

2 commentaires:

Leely a dit…

Bienvenue à Paris !

poupinette a dit…

bne chance on pense a toi !! tu ns mank !!^^jtd